02 nov. ~ Punish Yourself ~


l Punish Yourself l Spin the Pig l

Quatre ans après la sortie de Holiday In Guadalajara, Punish Yourself marque son retour sur le devant de la scène avec un album comme le groupe sait les faire... intenses et terriblement groovy.

Depuis 1998, à leur rythme, les Toulousains d'origine ont sorti une dizaine d'albums, à raison d'un disque tous les deux ans en moyenne, et le double pour sortir Spin the Pig.

De mémoire ça doit être à peu près ça, dit Vincent VX Villalon. Mais en comptant qu'il y a un live dans le tas et un disque co-réalisé avec Sonic Area, ça fausse un peu les calculs. On doit plutôt avoir une moyenne d'un album tous les trois ans. On a mis un peu plus de temps à sortir le dernier, mais paradoxalement c'est celui qu'on a enregistré le plus vite, confesse-t-il.

C'est juste qu'avant ça une partie du groupe a voulu prendre des vacances -quelle idée bizarre- et que j'ai été bloqué un an sur la tournée du Bal des enragés, précise-t-il en référence au All Star band français des musiques violentes avec des membres de Tagada Jones, Parabellum, Lofofora, Black Bomb A, Loudblast...

Derrière, la console, le groupe retrouve aussi régulièrement Sébastien Chaigneau.

Seb est quelqu'un avec qui on a bossé à différentes périodes et qui nous fait le son en live sur tout le début des années 2000, rappelle Vincent. Là, on a enregistré dans son studio mais ça faisait quelques années qu'on n'avait pas eu l'occasion de travailler ensemble, à vrai dire. Comme tous les gens avec qui on a travaillé sur la route ou en studio, il a apporté sa pierre à l'édifice, mais le gros du travail du son dans Punish, c'est sur mon ordinateur qu'il est fait, dans mon salon, souffle l'homme en charge des machines.

Reste une belle longévité, quelques changements de line-up, et la question de savoir si, au final, avec le temps, Punish Yourself n'est pas devenu une sorte de collectif plus qu'un groupe, par la force des choses et au regard de diverses participations et passerelles... dont Stéphane Loudblast Duriez sur deux titres.

Ah, non, ça reste un groupe avec un line-up fixe, tranche-t-il. Même si autour de nous, on a toujours eu une galaxie de potes, invités et collaborateurs intermittents... mais le noyau dur ne bouge pas, enfin il n'a pas bougé de 2002 à 2017.

Avec le départ de Miss Z, on a dû finir l'album à trois, puis intégrer des petits nouveaux dans l'équipe live mais ils font partie intégrante du groupe, ce ne sont pas des mercenaires embauchés pour la tournée.

[ On est un peu des tardigrades du rock'n'roll ]

Mais à l'approche de la vingtaine, il faut peut-être saluer une histoire de foi, de passion, d'abnégation...

Alors en y réfléchissant bien... C'est juste qu'on ne sait pas vraiment faire autre chose. Et comme on aime le faire, on n'a aucune raison d'arrêter.

Mais c'est vrai qu'on a aussi une forme de résistance aux galères et plans foireux qui nous a permis de survivre à des trucs qui auraient épuisé pas mal d'autres groupes. On est un peu des tardigrades du rock'n'roll, on survit même aux radiations cosmiques.

La référence aux oursons d'eau est bien trouvée, sachant qu'au milieu de tout ça, mine de rien, pour faire un raccourci clavier, le petit milieu indus made in France reste égal à lui-même, vivant mais beaucoup plus discret qu'il ne le devrait...

Il ne s'est jamais très bien porté, c'est un genre marginal, ici, malgré quelques excellents groupes, regrette-t-il. Mais il faut être honnête, il y a très peu de public. Ce n'est ni pire ni mieux qu'avant. En ce moment, il y a des projets très intéressants, Shaarghôt, Horsk, Atonalism, Hologram... mais l'indus est et restera une niche musicale, en France.

On a la chance d'avoir tiré notre épingle du jeu grâce au visuel, si on jouait juste notre musique sans spectacle, elle intéresserait beaucoup moins de monde...ajoute-t-il modestement.

Modestement, parce que les festivaliers de Malsaucy ne peuvent pas ne pas se souvenir de l'énorme concert livré par le groupe tandis que sur la scène principale, grosso modo à la même heure, gesticulait un Marilyn Manson un rien grotesque armé d'un micro couteau flasque. Une leçon de tenue scénique, au propre comme au figuré, entre la cage, les peintures de guerre post-paléolithiques fluo, et un son bien massif.

Parlant de peinture, insert d'une question Mode & Travaux ou Cosmopolitan. Toute cette peinture... il est à craindre de vilains problèmes de peau et bonjour le temps de préparation avant de monter sur scène.

Bizarrement, non, pas de problèmes de peau. Pourtant, c'est loin d'être agréable à mettre, absolument pas hypo-allergénique, absolument pas bio, ça pue, ça pique les yeux (...) mais on doit être complètement immunisés, depuis le temps.

Et c'est pas si long que ça en temps de barbouillage, en général ça nous prend une petite heure, plaisante-t-il.

[ l'histoire humaine reste pour l'instant un interminable naufrage ]

Musicalement, comme pour faire mentir le rythme tenu jusqu'alors, la suite se dessine déjà.

Pour la suite, on va sans doute sortir assez rapidement un disque compagnon à Spin The Pig. On a beaucoup de matériau non utilisé qu'on ne veut pas laisser traîner dans un tiroir, mais on va surtout faire des concerts, des concerts et encore des concerts !

L'occasion pour les aficionados et les curieux de se confronter à un groupe qui définit sa musique comme la musique du Kali Yuga... en référence à la fin des temps ou la fin d'un cycle dans la cosmogonie hindoue.

Le Kali-Yuga, stricto sensu, on est dedans depuis 3000 avant JC et il y en a encore pour 430 000 ans, donc pas de problème, ça reste d'actualité, sourit-il. Mais si on le prend au sens symbolique... l'âge sombre... Bah, on est toujours dedans aussi.

La fin des temps, ça fait longtemps qu'elle a démarré, et même si on peut espérer une accélération prochaine du processus, l'histoire humaine reste pour l'instant un interminable naufrage.

Un naufrage avec pour bande originale un Punish Yourself qui ferait transpirer tous les Al Jourgensen, Sascha Konietzko, Rob Zombie, et se liquéfier n'importe quel apprenti Brian Warner.

#rouge #metal #indus #industriel #Toulouse #Verycords

Posts similaires

Voir tout
Recent Posts:
Similar Posts: