30 mai ~ Fantazio ~


l Fantazio l La vie moins chère (La vie pas chère, la vie, Music-Hall Social) l

À parler en large et en travers de la scène made in France, il est impossible de ne pas parler de Fantazio et en l'occurence de son gang. Les débuts dans la sphère musicale, et identifiés comme tels, de Fabrice Denys sous le nom de Fantazio remontent au début des années 1990. Mais au regard de son côté légèrement suractif -euphémisme- il y a fort à parier que déjà dans le ventre de sa mère... quelque part... en quelque sorte... mais alors sans son instrument de prédilection... vous imaginez ? une contrebasse... même si on surnomme communément l'instrument Mère Grand, ça ferait désordre...

Cette Mère Grand sans avoir les dents longues est néanmoins un instrument qui doit s'apprivoiser, diront la plupart des musiciens croisés au fil des années et qui la pratiquent.

Cette grande âme de bois massive, et pourtant si fragile, se prête à toutes les manipulations et pour ainsi dire à tous les styles d'interprétations, puisqu'à défaut de l'avoir vue dans le Vercors sauter à l'élastique, on l'aura vue faire de la drum'n'(double)bass, du rockab', du jazz, du reggae et dans le cas présent, au propre comme au figuré, du stand'up puisque la performance et l'improvisation sont de tout temps un peu la marque de fabrique de Fantazio.

Loin de moi l'idée de faire ici l'abécédaire des multiples performances, spectacles, enregistrements collaboratifs, alternatifs, revendicatifs... dont récemment encore un festival militant La Voix est libre! monté en 2002 contre le clivage des genres et des identités humaines.

La pochette de ce disque du Fantazio Gang, au titre et à l'imagerie explicites, enregistré sans surprise à base de prestations live -son terrain de jeu favori- suffit à présenter l'activisme de ce globe-trotter linguistique, artistique au verbe thérapeutique bien tendu qui fait sans peine figure, sans trop exagérer, de The Ex français à lui tout seul, ou à plusieurs... Aussi à l'aise dans les glissades jazz que dans les envolées rock, free jazz, ou dans les enfilades scandées, il trace son propre chemin et qui l'aime le suive... et ils sont nombreux à le suivre hors des sentiers battus de ce grand théâtre de la vie où tout le monde est souvent en représentation, certains trop, d'autres pas assez... ce music hall grandeur nature, avec sa scène perpétuelle.

Entre stylo, plume, économe éplucheur, kalachnikov et fleurs à offrir, il affiche une liberté de parole et de musique qui fera peur aux personnes en besoin de repères. Il est aussi l'un des meilleurs exemples de ces bateaux qu'il est possible de jeter sur ces petits ruisseaux, qui peuvent diviser, mais qui quelque part finissent par faire les grandes rivières... Il y a, de ce fait, fort à parier que sa posture punk ou pour le moins anticonformiste aura laissé plus de traces qu'il n'y paraît dans l'enceinte de la Villa Médicis.

Invitation donc est faite ici à se (re)pencher sur son parcours et ses oeuvres aux origines non contrôlées et non-conventionnelles qui font étymologiquement de lui un situationniste par essence et par définition. Aucun besoin de parler d'influences parce qu'il les fréquente et qu'il partage la scène avec eux.

#vert #marron #punk #autoproduction #autogestion #lavoixestlibre

Posts similaires

Voir tout
Recent Posts:
Similar Posts: