22 mar. ~ Askehoug ~


l Askehoug l French Kiss l

Retour flamboyant sur le devant de la scène pour Askehoug.

Son deuxième album, il y a cinq ans (!?!), s'intitulait Je te tuerai un jeudi, et l'on aurait pu craindre que quelque fan éconduit(e) ne l'ai pris au mot... l'assassinant dans son sommeil, au sortir d'une dispute ou de quelqu'autre drame du quotidien dont il parle si bien.

Tout vient à point qui sait attendre... et ce troisième n'est autre qu'une belle réussite au regard du bond en avant qu'il propose en termes de richesse musicale et d'univers sémantique.

L'histoire veut que cette traversée du désert entre deux disques, à la fois cousins et frères ennemis, s'est accompagnée d'une remise en question, de rencontres et d'une renaissance dont tous les atours ne sont que pure jouissance musicale, poétique...

Rien que ça ? Oui ! En une écoute, cet album m'a fait tomber à la renverse, vous m'en direz tant.

Il faut dire qu'en soi le titre de l'album est on ne peut mieux choisi. French Kiss, vous savez, ce baiser, certes baveux, mais langoureux, que nous envient (ou qui dégoûte) les Anglais. Langoureux ipso facto puisque dispensé avec une langue bine française, vive et farouche... celle d'un Gainsbarre, entre autres, mi-chantée, mi-parlée, qu'il utilise ou emprunte avec élégance et souplesse.

Par le menu, chaque titre passe d'un univers à un autre, entre didascalie et aventure équestre. La musique est chaloupée autant que chatoyante, riche en explosion de saveurs. Le Matthieu Aschehoug entre dans la peau du dandy Askehoug, à la verve truculente, à la grandiloquence théâtrale, le couteau toujours à portée de main.

Ses chroniques idoines montrent, qu'entouré de ses camarades de jeu, à commencer par son bassiste et réalisateur Michel-Ange Merino et Franxoa Errecaret à la batterie, il dresse, tel un Jean-Pierre Leloir*, un banquet de figures illustres qui le place à table entre Arthur H, Yves Montand, et, oserai-je Eric La Blanche**.

Ceci n'est pas un disque ! s'attend-on à l'entendre dire au tournant d'une chanson.

Le chapeau melon n'est pas loin, la moustache est en bataille, le cigare pas loin, peut-être plus que la pipe... Askehoug, le Magritte de la chanson française ?

* auteur de la photo qui immortalise une interview croisée de Brel, Brassens et Ferré

** auteur de talent au sein de feu son groupe La Blanche

#vert #FR #LaBlanche #ArthurH #Magritte #Ulysse

Posts similaires

Voir tout
Recent Posts:
Similar Posts: