14 mai ~ Beat Mark ~


l Beat Mark l Contemporary is Temporary l

Contemporary is Temporary, un titre qui sonne de prime abord comme le Temporary Secretary de Sir McCartney... mais non, c'est plus du côté de Glasgow qu'il faut regarder pour établir une filiation musicale même si la tendance première serait de les rapprocher d'une scène nineties US... pour le côté teenage foutraque dans la veine de ce qu'on appellait le College rock*.

Lancé à quatre, en 2009, avec un sens de la parité que certains politiques pourraient leur envier, le groupe s'est vu affublé de toutes les comparaisons possibles... de The Pastels (de la première heure) à The Vaselines, en passant par Aztec Camera ou The Jesus and Mary Chain, qui ne sont pour le coup pas les moins pertinentes, face aux quelques audaces les rapprochant de The Stone Roses, Primal Scream ou My Bloody Valentine... sans parler des quelques tentatives moins heureuses de name dropping américain... alors que ne serait-ce que The Beach Boys et les Byrds aurait presque pu suffir.

En soi, c'est plutôt bon signe, de vouloir à tout prix comparer un groupe qu'on aime à quelque chose qui nous parle et que l'on aime encore plus, sinon à quoi bon la comparaison.

Alors qu'en fait, on (le journaliste, mais pas que...) se pose souvent beaucoup trop de questions, car pour savoir si on l'aime et pourquoi, il suffit souvent de l'écouter... Et ça ne s'applique pas qu'à la musique.

Le charme de Beat Mark, et de ce Contemporary is Temporary, en particulier tient au jeu d'accord/désaccord du couple vocal entre Karin Schlageter et Julien Perez, qui foudrayait déjà sur Breeeze ! mais qui se trouve ici beaucoup plus affirmé que sur Howls of Joy, allant parfois jusqu'à presque inverser les rôles. Les contre-chants féminin/masculin fonctionnent à plein avec les contre-champs de whoohoos dans les règles de l'art.

Il était déjà évident au sein d'Adam Kesher que la paire Julien et Gaëtan Didelot avait le bagage nécessaire pour, sans revenir aux choses plus hardcore de leur jeunesse, proposer ce genre de pop pied au plancher avec un beau parquet de guitares, comme ils avaient commencé à le faire avec A Fight for Love...

Gaëtan a cependant quitté le Beat Mark à la sortie de ce 2e album, composé à deux guitares, à un moment où l'ex-Freaks, ex-Friction, Jérome Copentipy, venait de rejoindre le groupe pour ça. La ré-intégration de l'ex-This is Pop, et présentement Blackmail, Sylvain (Levene), aura contribué à arrondir les angles. Ce double passage de témoins a de toute évidence contribué à accompagner une mue dont le résultat démontre toute la maturité d'un groupe qui officie déjà depuis huit ans, l'air de rien.

On a rappelé Sylvain, qui était le bassiste au moment du premier album, lorsque Gaëtan a décidé d'arrêter Beat Mark pour se consacrer au professorat et à l'écriture pleinement, se souvient Jérôme. Le choix de Sylvain s'est fait naturellement. Il tenait la guitare dans This is Pop, il a dit oui et voilà.

Dès lors et néanmoins... que la structure des morceaux repose sur plusieurs guitares ou sur une charpente basse-guitare-clavier, on aurait tendance à se dire que celles qui semblent parfois tenir la baraque, ne serait-ce que sur scène, sont bien Karin et Chloé (Labaye), une touche féminine et cheville ouvrière bienveillante et salutaire dans cette grande maison bancale comme on les aime... avec des portes en quinconce qui rayent le parquet et ouvrent sur des pièces jamais vraiment carrées, remplies de meubles dépareillés... et sans qui Beat Mark aurait tôt fait de se retrouver avec un bon gros disque de poilus, barbus, chevelus à chemises à carreaux... (Ok j'exagère)... Non pas qu'il ne soit pas tentant de vouloir plus de titres comme Electric et Between my Teeth même si le côté cruising de I'm Looping Forward n'est pas sans un certain charme...

Maintenant attention. Avec, à ce jour, deux fois plus de labels et de pays que de sorties**, le groupe qui cultive une certaine dilettante - on and off, préfère dire Jérôme - semble s'acharner à brouiller les pistes, juste au cas où leur tomberait sur la tête une certaine forme d'engouement, que l'on aurait tôt fait de taxer de succès.

Rien de tout ça, tranche le groupe. On a sorti le premier album sur une petite structure créée spécialement par le professeur Didier Bouyer, un genre de Kim Fowley charentais. Il aimait l'album, et on a bien fait, de fil en aiguille il y a eu la seconde sortie chez Ample Play, en Angleterre, pas mal pour un side project DIY (...) au départ, ça part d'une chambre le truc, Julien, Gaëtan, un ordi.

Pour le second c'est très différent, on l'a enregistré live dans un studio (avec Stéphane Teynié***), un processus hyper différent, et on s'est retrouvé chez Azbin. Pareil, ils ont aimé le disque, on a dit oui. Après la structure a périclité mais le disque est là. Burger Records vient de le sortir en cassette.

C'est assez cahotique mais bon. On fonctionne un peu au radar.

Beat Mark est une activité parmi nos activités, assez différentes (...) Julien, qui a son projet Perez, est très impliqué dans l'art contemporain, Sylvain fait Blackmail, certains ont des enfants (…) On a tous des boulots (profs, galériste, …), détaille-t-il.

On fait les choses simplement, on a tous des vies bien remplies (…) On fait pas mal de trucs nous même. Le nouvel album, on l'enregistre seuls par exemple. C'est Julien qui le produit dans son home studio, mais c'est bien aussi de se faire aider par des gens dont c'est le métier... On en profite pour faire des bisous à notre attachée de presse, Clarisse Vallée, qui a fait un super boulot (on l'a pas rendue riche pour autant). Aussi je crois que Chloé serait soulagée si on avait un vrai booker, vu que c'est elle qui le fait.

C'est le next step.

Si ça devait arriver, le succès, ce qu'on leur souhaite .. Il y a fort à parier que ce serait à l'étranger avant la France forcément, eux qui ont fait un split avec Proper Ornaments, une session sur la chaîne 6Music de la BBC, ...

On a des copains anglais qui nous soutiennent... À Paris, je sais pas, dernièrement je trouve que l'accueil, notamment en concert est cool. Quand on a ouvert pour Parquet Courts, à la Gaîté Lyrique, on a joué devant beaucoup de gens qui ne nous connaissaient pas et ça s'est très bien passé.

On est allé joué plusieurs fois en Angleterre, ça se passe bien, mais il y a une telle offre musicale là-bas, c'est compliqué de savoir comment tu es perçu. On est les petits Frenchies. Y a ce DJ, Marc Riley qui nous soutient, ça ça fait super plaisir. Et Proper Ornaments avec qui on a tourné en Europe. C'est nos copains d'amour. Ils sont aussi cahotiques que nous, et comme nous ça se voit pas trop, à première vue.

Mais en conclusion, il ne nous reste, mine de rien, plus qu'à pleurer sur la présence de la musique dans un PAF français tellement en retard sur de nombreuses époques... Car, sauf à considérer d'utilité publique le recyclage des plus gros ayant-droits nationaux et à fermer les yeux en laissant partir les capitaux à l'étranger via des ventes de disques - sous prétexte que le rock et la pop sont leur musique et pas la nôtre-... il n'en reste pas moins agaçant de savoir que nombre de groupes made in France sont largement capables -la preuve- de botter le cul des Anglois, et, qu'avec un peu de bonne volonté (publique et politique), ils seraient largement capable de séduire l'éternelle ménagère de 50 ans et son mari... qui contrairement à ce que certains imaginent encore, ne sont plus nés en 1930 ou 1950 mais en 1968. Il serait temps de se mettre à la page non ?

* Ween , Weezer, The Replacements, the Pixies, voire Sonic Youth... pas forcément parce qu'ils se sont formé à l'université mais que les radio campus américane, les College radios, ont largement contribué à leur carrière

** Beat Mark cassette chez Burger Records / Howls of Joy 1er LP chez Final Taxi Records / Howls of Joy chez Ample Play (uk) / Split 45t avec Vernon Selavy sur Shit Music for Shit People (Italie) / Move on cassette chez Soft Power Records (uk) / Christmas Blossom split 45t avec Sudden Death Of Stars, Ample Play / 2 morceaux sur 2 compiles du collectif Nothing / Flowers split 45t avec les Proper Ornaments / Contemporary is Temporary 2nd LP chez Azbin Records / Contemporary is Temporary cassettes chez Burger Records

*** qui a travaillé à l'enregistrement de disques de Perio, Dominique A, Dog Shop, Dèche dans Face, Diabologum, Pull, Zimpala... et la liste est longue

#blanc #Bordeaux #Paris #pop #shoegaze #Glasgow #Londres #BBC #BurgerRecords #AzbinRecords #AmplePlayRds #FinalTaxiRds #ShitMusicForShitPeople #SoftPowerRds #RequiempourunTwister

Posts similaires

Voir tout
Recent Posts:
Similar Posts: