04 sept. ~ API UIZ ~


l API UIZ l Cinq cent mille euros à mille deux cents degrés l

Api Uiz propose l'expérience d'un joyeux fourre-tout musical et intellectuel bercé par un instinct proprement happy et wizz...

Le groupe formé en tant que trio, en famille autour de la basse-batterie des frères Vega, Enrique et Jorge, avec Ian Saboya, existe depuis, rien de moins qu'une vingtaine d'années... et se cultive une carrière comme d'autres cultivent leur potager, avec une main verte pour les agrumes à la sauce math rock et autres épices des Caraïbes.

À l'image de leur collectif et label, Les Potagers Natures*, ils affichent leur goût pour une Musique Brute, Non Travaillée, Mais Structurée, comme l'indiquait la couverture de leur premier disque... sans s'empêcher de prendre un peu de recul et renier tout côté cérébral du propos lié au style musical, comme le montre le Bestiaire l'Union, les petits gazouillis ici ou là.

Pendant un long moment le nom n’a pas eu d’orthographe stable, avoue Enrique. C’était comme un pied de nez aux principes de base d’une com’ efficace.

Ensuite nous avons commencé à préférer API UIZ, à la fois plus neutre et plus abstrait. Mais à aucun moment nous n’avons voulu une couleur précise, soit ludique ou festive, soit sérieuse. Nous voulons jouer une musique sincère et personnelle -bien qu’influencée par de multiples prédécesseurs, musiciens ou autres- pour transmettre des émotions qui nous habitent et qui sont plurielles. Elles puisent leur énergie dans l’ironie, dans la gravité, mais aussi dans le romantisme, la joie ou la haine.

Bon an mal an et sans le stress de la reconnaissance, ils tracent leur route loin des circuits commerciaux. Comment ne pas leur envier cette mise a distance de la recherche d'une quelconque ou éphémère reconnaissance dont ils n'ont nul besoin puisque ça ne les empêche pas, à ce jour, de sortir des disques et de les jouer en publics loin des radars conventionnels.

Ça dépend de quels radars, interroge le bassiste d'Api Uiz, avec un ton un narquois que l'on devine.

Nous avons assez rapidement fréquenté les réseaux, surtout associatifs ou informels mais aussi plus institutionnels qui, même de manière modeste, contribuent par leur soutien à l’existence de la musique dans un domaine où priment la générosité, les singularités, l’humilité et l’invention.

Pouvoir exister dans ces réseaux est très gratifiant, bien plus que d’être chroniqué ou invité dans les sphères supposément accréditées pour adouber les artistes. Le succès d’estime -si cette notion est encore pertinente- est plus que jamais une construction simplement issue d’une utilisation de boîtes-à-outils -tourneur, promos, démarchage, stratégies, etc…-.

Et puis il n'y a pas que ça dans la vie, comme on dit.

Sans aucun doute ! Certains d’entre nous travaillent, ou ont d’autres groupes, lisent des livres, vont nager sur le bassin, élèvent des enfants, boivent des cafés, se mettent au wok, écoutent des disques, lisent le Monde Diplo…

La suite de Cinq cent milles... attendue sous peu ne manquera pas de surprendre, avec l'arrivée de synthés/claviers, tenus par Armelle Marcadé, et une deuxième guitare avec Mehdi Beneitez, en renfort d'Ian donc. Le tempo du titre d'ouverture de la Fournaise à la grenouillère, est plus posé mais entêtant à souhait. Mais si le tempo est plus lent, c'est pour mieux relâcher la bride ensuite. Pas d'inquiétude et finir sur une Chasse à l'homme un rien Carpenterienne.

L'intégration de musiciens supplémentaires, pioché dans les sillons adjacents du même potager apporte une évolution qui ouvre de fait des horizons en même tant qu'elle brouille les pistes... après quinze (longues?) années en (simple?) trio !!!

C’est justement pour marquer le coup de ces 20 ans -pourquoi pas !- que nous avons invité des amis proches à jouer avec nous quelques concerts, raconte Enrique.

Nous avons gardé cette formule parce que des pistes intéressantes se sont profilées au fil des répètes : notre style de jeu c’est un peu transformé, nous jouons sur d’autres registres… Et puis nous aimons passer du temps ensemble, nous balader et passer de chouettes soirées.

En attendant, pour qui voudrait creuser un peu leur discographie et remonter le temps, en digital ou en physique... il faut retrousser les manches pour se pencher sur un groupe qui semble tracer sa route vaille que vaille avec un complet dédain pour les choses du business.

C’est probablement du dédain, mais surtout ce n’est pas notre truc. Mais on aimerait bien vendre plus de disque pour que ça soit plus facile d’en sortir d’autres !

On essaye d’organiser la vente des disques du label -dont le site internet propose tout en téléchargement libre-, avec notamment les tournées et les disquaires de quartier, comme Total Heaven à Bordeaux par exemple... histoire de ne pas perdre d’argent et de continuer les projets qui nous passionnent.

Api Uiz a donc mis sa menace à exécution, faisant une musique pour Garçons et filles, sans se défaire de cette une leçon de détachement et de 3e degré qui trône sur leurs titres d'albums et de chansons.

Les titres sont un peu le fruit du hasard. Généralement ils résonnent avec des préoccupations du moment, des choses qui nous ont interpelées, avoue Enrique… ce n’est pas évident parce que il est facile de sombrer dans la démagogie en voulant évoquer des sujets auxquels ont tient mais dont la présence dans un disque ne peut être qu’arbitraire et souvent déplacée. Car l’idée ne sera qu’effleurée, et pourquoi l’évoquer si ce n’est que pour s’en faire un étendard de valorisation ? D’un autre côté, rester dans l’abstraction ou le jeu de mot gratuit suggère une mise à distance proche de l’isolement qui nie le contexte dans lequel on vie au risque de contribuer à l’anesthésie propre à une grande partie du monde culturel institutionnel (ou pas d’ailleurs) : ne pas laisser voir que l’artiste et ses pratiques sont en pleine interaction avec ce qui les entoure et qui les fatalement ne peut que les rabaisser.

* à l'impressionnante liste de publication, dont un Marvin, un Headwar, Chevignon, Rien Virgule, France Sauvage, Chocolate Billy, Ânes et bateaux, Nursery, ...

#mathrock #Caraïbes #Biguine #Bordeaux #PotagersNatures #MonCulCestduTofu #violet

Posts similaires

Voir tout
Recent Posts:
Similar Posts: