10 mar. ~ Gandi Lake ~


l Gandi Lake l Them EP l

Si ce n'était pas pour la jolie reprise d'Across the Universe des Beatles, on aurait tôt fait de dire que Gandi Lake est certainement le plus belge des groupes normands.

Ce n'est en tout cas pas le plus bavard, avec en gros deux EPs en trois ans qui les ont amenés d'influences plus sixties très british à quelque chose qui lorgne aujourd'hui plus vers le Plat Pays.

À chaque fois, les Caennais réussissent néanmoins à frapper en plein dans le mille... Autant Compromised la jouait Kula Shaker, autant The Insider et White Lines pourraient enfiler le costume art-pop de Balthazar ou d'Absynthe Minded, qui, rappelons-le, avait vu leur titre My Heroics, Part One sacré meilleur chanson de la décennie en Belgique, devant Daan et dEUS.

Histoire d'être honnête, la fibre belge pointait le nez sur la deuxième moitié de leur EP éponyme.

Alex au chant revendique un certain intérêt pour the Pastels ou son homonyme au sein des Arctic Monkeys. Keep Going sur ce même EP, peut-être ? Joseph Mount*, un peu parfois également.

Il y a néanmoins de quoi, une fois encore, s'ébahir devant la richesse de la scène pop en terres normandes. Peut-être ce micro-climat local s'explique-t-il par la confluence de brises ou courants marins venus du Nord...

Un jour, lors d'une interview avec un énième talentueux groupe belge, m'interrogeant sur les racines de cette forme de pop atypique que produit la Belgique, qui sans être de la Britpop, n'en est pas pour autant de la pop scandinave, avec un je-ne-sais-quoi germanique très caractéristique. Et, puis souvent, toujours, ce timbre de voix des artistes belges en anglais.

L'hypothèse avancée par l'artiste avait été la localisation au carrefour de l'Europe et les divers courants musicaux qui traversent donc le pays. Une hypothèse que je valide volontiers. Bien que depuis, une autre soit venue s'ajouter aux explications plausibles, sans infirmer la précédente... et elle s'applique à Gandi Lake, comme le suggère leur chanteur dans une interview à Cocy.fr.

La source des chansons est dans les mélodies de voix... C'est effectivement un savoir-faire très anglo-saxon qui laisse champ libre à chacun des autres membres du groupe pour venir agrémenter et enrichir l'ambiance et le texte... évitant le piège frenchy souvent récurrent d'un doublon voix/guitare ou voix/clavier.

À suivre donc, en attendant la suite qui si elle ressemble au finish du titre Winchester, très Stephen Baby Bird Jones, laisse présager du meilleur, encore.

et pour ceux qui ont un peu de temps... leur premier album éponyme a donné lieu à un clip court-métrage de folie...

#blanc

Posts similaires

Voir tout
Recent Posts:
Similar Posts: